Saint-Georges de l'Oyapock - 01/07/2007
Retour aux Reportages

Cette balade vous est racontée par Jean Claude qui, vous le constaterez, peut pallier avec facilité à l'absence du rédacteur habituel... Une sortie à St Georges de l'Oyapock... L'histoire se passe en Guyane.

En des temps ou les liaisons Internet et téléphoniques étaient très défectueuses suite à un câble sous-marin grignoté par les petits poissons, Toute ressemblance avec des personnes existantes est totalement volontaire et les prénoms des figurants sont bien réels, L'aventure commence à Saint Laurent du Maroni lorsqu'une idée germe dans l'esprit de Robert (un motard en Yamaha FJR1200), Ce dernier décide de retourner à Saint George de l'Oyapock ou il a gardé des amis d'un séjour précédent, Pour ne pas faire cette virée tout seul il contacte quelques motards de St Laurent et pour compléter l'équipée passe une annonce de recherche de volontaires par l'intermédiaire de Gilles " Hardy " le bien connu wildstarien de Kourou, Après quelques contacts Internet et téléphoniques difficiles.

Les horaires sont définis et à 9h ce samedi 12 mai le premier rendez-vous se fait à la station essence de Pariacabo de Kourou, Anne-Marie arrive sur sa Yamaha 125 Dragstar suivi de son mari Jean-Claude avec sa 650 Dragstar, Robert est déjà arrivé. Et sur la question : où sont les autres ? Notre cher Robert apprend aux 2 stariens qu'il est seul sur la dizaine de candidats prévus, il semble très déçu, Cela se comprend car il avait réservé ce carbet. Essence et repas pour tous, ça fait mal de vouloir organiser quelque chose et que derrière çà ne suit pas !!!!!

9h30 départ direction Matoury, Nos 3 motards s'en vont. Robert équipé complet avec top case. Anne-Marie et Jean-Claude avec baluchons entourés de sac poubelles anti-pluie et arrimés à l'ancienne par des sandows sur la selle arrière, Roulez motards avec la petite 125 devant qui à fond fait du 105km/h ou plus dans les descentes. Arrivés à la station de Matoury un ravitaillement s'impose car le chemin est long jusqu'à st Georges, (environ 173kms) et un dernier contact téléphonique difficile avec une amie de st Georges apprend à Robert une rupture d'approvisionnement d'essence, heureusement elle à réussi à stocker 30L de carburant dans un jerrican, s'il faut plus.

Une traversée à Oyapock sera nécessaire, 10h30 arrivent Raymond et son épouse " Popo " de Macouria sur une KTM 900 équipée, grand voyage pour monsieur, madame et Willing le petit caniche noir qui est logé dans son sac de voyage bien arrimé sur le réservoir avec petit coussin pour le confort de monsieur toutou, Les retrouvailles se font entre les kourouciens et macouriens déjà sortis ensemble précédemment ,les présentations sont faites avec Robert qui explique un peu ses soucis aux nouveaux arrivés, Un bruit de moto custom et nous voyons surgir de nul part une H,D avec son étonnant motard George équipé de son casque lourd.

Quelques mots de présentation et quelques conseils plus tard Georges se remet en selle et notre groupe de 4 motos se met en route direction Regina, Le temps étant au beau la route semble agréable malgré les nids de "grosses" poules qui surgissent sous les roues de nos courageux motards, Le compteur affiche une centaine de kilomètres depuis le ravitaillement que notre vaillante 125 Yamaha clignote à droite pour annoncer une halte obligée, Anne-Marie annonce à ses coéquipiers que son clignotant avant droit n'a pas résisté aux dures bosses et trous des routes guyanaises et de ce fait il "pendouille" lamentablement au bout de son fil mais il fonctionne néanmoins, Jean-Claude le bricolo sort alors sa trousse à outils. Un morceau de câble électrique (servant généralement au remorquage) et quelques 15mn plus tard notre équipée reprend la route avec le clignotant "bidouillé" mais qui tient bon, Une halte s'impose pour un contrôle de gendarmerie au poste de Belison avec présentation de papiers et coup de fil admiratif des gendarmes sur les bécanes, la route reprend avec ses trous jusqu'à Regina ou nos motards arrivent vers 12h30.

Ce jour la c'est la fête du paré pou sur la place du village et les visiteurs sont nombreux malgré certains nuages menaçants, L'équipée motardesque s'arrête au seul restaurant de Regina chez "Maza", les motos sont garées devant et, tout le monde s'installe pour l'apéro. Même willing avec son écuelle d'eau. Les chaises du restaurant en bois serpent attirent le regard et le flash de nos voyageurs et chacun de les soupeser et d'en estimer le poids, Le garçon prend les commandes et la patronne conseille de goûter le poisson local Un repas copieux à 8, et un café retapent nos voyageurs, une bonne averse arrose Regina pendant tout le repas et nos motards en sont très satisfaits car ils n'auront pas à mettre la tenue pluie, Un petit mot de félicitations est fait à Robert par les copains pour cette pluie bien programmée, Un coup de téléphone de son épouse Gisèle annonce qu'un très gros orage vient de passer sur st Laurent.

IL est 14h 35 et la chevauchée reprend direction l'étape finale Saint Georges qui à lieue vers 15h30, Une petite séance de photos s'impose devant le panneau St Georges avec motos en fond d'écran pour prouver que Nous on l'a fait, Ensuite tels les conquérants nos motards entre en ville sous l'oeil curieux (et envieux ) des habitants, Un petit tour et puis s'en vont . direction le carbet de l'association de randonnée Rand'oyapock, l'accueil est chaleureux, les motos sont aussitôt garées et les bagages sortis, chacun installe son hamac et la moustiquaire pour ceux qui en ont, Raymond et Popo étudient la disposition des nouveaux hamacs qu'ils viennent d'acquérir, Toutou Willing fait connaissance avec les chats de la maison ainsi que les 2 jeunes enfants du maître des lieux, Loana et Landro très curieux en tout surtout des motos qui parlent quand on appuie sur la télécommande, L'installation étant terminée.

Nos 5 touristes et toutou s'en vont à pied dans les rues de st Georges. Appareils photos en bandoulière en attendant l'heure de rendez-vous avec Françoise l'ami de Robert, Nous marchons en direction du secteur amérindien avec ses cases sur pilotis et ses accès en planches plus ou moins stable, Robert retrouve certains enfants qu'il avait déjà rencontrés l'année précédente ,pendant ce temps Anne-Marie achète quelques colliers locaux et Raymond fait des photos.

Il est 18h lorsque nous nous retrouvons chez Françoise et faisons connaissance, Un coup de téléphone plus tard et nous rejoignons la rive du fleuve ou nous attend le piroguier Julio qui nous amènera sur l'îlot del. Sol. Ou se trouve le restaurant réservé par Robert, c'est la tombée de la nuit mais nous pouvons apprécier la beauté des lieux, la maison est construite sur pilotis et l'accès se fait par un escalier d'une dizaine de marches, Françoise et Robert retrouvent leurs amis, les lieux ont la particularités d'être en pente et les dessins au mur donne une sensation d'ivresse, Cette impression disparaîtra après quelques caîperinas nous disent la maîtresse des lieux, Le repas se fait dans la bonne humeur. chacun y allant de son historiette, pendant ce temps les pirogues naviguent sur le fleuve avec ou sans lumière, Willing a la visite de temps en temps de Clandestine un copain de la famille canine ,Il est 22h30 lorsque nous décidons de partir, Embrassades avec notre ôte et sa fille Karine, C'est Francisco qui nous ramener cette fois ci en pirogue avec son moteur Yamaha un petit peu cafouilleux, Françoise éclaire une petite lampe afin de nous faire voir des autres pirogues, Nous arrivons enfin sur la rive française et Francisco repart tant bien que mal avec son moteur pétaradant, Nous nous dirigeons chez Françoise qui nous invite au dernier petit verre avant de dormir.

Après une brève visite des lieux nous nous installons devant un verre de gewurztraminer très apprécié même par des bordelais, Encore un verre et nous quittons Françoise (un peu pompette),il est convenu de venir chercher le jerrican d'essence le lendemain vers 8H30 et de faire le plein, L'arrivée au carbet se fait rapidement et chacun prend ses disposition pour la nuit .avec en bruit de fond une musique assez forte de fêtards attardés, La nuit se passe bien et le réveil aussi, Le petit déjeuner est servi vers 7h et il faut alors plier les hamacs et tout ranger, Comme convenu 3 motos sont amenées chez Françoise pour le plein au jerrican, puis retour au carbet, Ensuite tout le monde se retrouve à 9h prés du fleuve pour embarquer dans la pirogue à Julio. Direction Oyapock, sans oublier le jerrican vide, La promenade à Oyapock se déroule calmement avec une petite chaleur qui oblige nos touristes à acheter un rafraîchissement payable en euros s'il vous plait, comme prévu la pirogue nous attend à l'heure dite et nous retournons vers st Georges, avec un arrêt pour acheter de l'essence , Sur le fleuve a mi parcourt un regard vers le lieu ou sera construit le nouveau pont qui reliera le brésil et la France en 2008.

Arrivés a st Georges nous réglons notre traversée de 8 par personne et Raymond va chercher sa KTM pour faire le plein ,lorsque les 2 réservoirs sont pleins nous ramenons le jerrican chez Françoise et prenons congés, Au carbet chacun prépare sa moto et le départ se fait vers 10h30, Après quelques minutes de routes nous sommes rejoint par un motard qui nous double et pour cause notre allure étant limitée par la 125 ,Raymond décide alors de faire une petite pointe pour rattraper ce gaillard et lui pousser à la roue ,Au bout de quelques kilomètres nous retrouvons la KTM qui nous attend pour reprendre la file, L'équipée n'est pas tout a fait arrivée à Regina qu'un mauvais nuage vient arroser nos motards ,l'arrivée a St Georges est marqué par une petite peur de Popo qui ne retrouve plus son portable, Robert a la bonne idée de faire un appel et miracle le téléphone sonne dans le top case, le repas est identique a la veille avec en supplément un dessert au coco, Nous reprenons la route avec un arrêt au poste de gendarmerie ainsi qu'une halte pour enfiler les combi pluie car les nuages arrosent encore un peu.

Passé l'embranchement Cacao comme il ne pleut plus . Il fait chaud sous les combi et l'opération inverse s'impose, Nous passons devant le Gaillon et à la bifurcation Cayenne. Jean-Claude en tête décide de filer directement sur Macouria sans passer par la station Matoury, Ses calculs kilométriques lui font penser qu'il aura lui et son épouse en 125 suffisamment d'essence pour arriver à Kourou, la suite prouvera que son calcul était juste, Macouria. Nous arrivons chez Raymond et Popo qui nous invitent au verre de l'amitié chez eux, Dés l'arrivée Willing fait le tour de son chez lui, Popo propose un rafraîchissement selon les désirs (qui une cerveza, qui une pinte, qui des bulles avec de la mousse qui un jus de houblon), La route est longue pour retourner a St Laurent surtout quand on est seul. Aussi Robert prend congé, pour le saluer Willing gambade autour de la moto, une heure après c'est le tour de Jean-Claude et Anne-Marie de partir avec les salutations de Willing le caniche motard, Arrivés à Kourou les réservoirs des stariens étaient suffisant pour le trajet des 249 Kms sans passer sur réserve, La virée a St Georges était très bien , et le petit nombre des participants a permis surtout de s'apprécier.

Bravo a Robert l'organisateur et tous ceux qui ont contribué à ce week-end chaleureux,

Et comme dirait une connaissance : la prochaine virée en serez vous ????

PhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotos




Informations légales- Liens - RSS
© 2008 Limeo Interactive, Tous droits réservés. Valide xHTML et CSS