CAMP PATAWA - 22/03/2009
Retour aux Reportages

Bonjour à toutes et à tous
Comme Hardi à la flemme et de la lassitude, il laisse la plume aux petits nouveaux venus se joindre à cette balade ouverte à tout le monde...

Dimanche 10 h, il fait beau.
C'est un jour mémorable pour nous, Nora et Julien, car nous allons faire notre première virée en bande, direction le Camp Patawa.
Et oui nous sommes les bleus du jour!
Mais pas n'importe quel bleu. Un bleu, teinté couleur Morpho, le thème de la déco perso d'une star qui envoie du bois.
 
Arrivés au point de rendez-vous, nous profitons d'un accueil chaleureux, et d'une dose de conseil pour se positionner. Sachez-le, on roule en quinconce pour la sécurité autant que pour la vision du paysage!
 
Petit tour des forces en présence:
Tout d'abord les montures: de 50 à 150 chevaux, customs, trails, roadsters, sportives.
Sur les machines, de 12 à 58 ans, tous très beaux et très belles, des hommes, des femmes, un enfant, et une envie commune, celle d'enrouler quelques bon virolos.
 
Allez c'est parti! On se cale à une petite vitesse de croisière...dans les limites légales! Impeccable, juste du plaisir.
 
Hardi nous ouvre la route! Et si son mètre 03 de guidon passe, nous derrière, on est tranquille.
La route n'est pas très large, un peu humide, mais pas de problème, on y va cool. On profite de la fraicheur de la forêt, on dirait que la route est à nous.
 
Au bout d'une heure, nous arrivons au camp.
 
Je découvre avec beaucoup de plaisir le rituel du "chasse poussière". Une petite bière fraiche en arrivant, y'a rien de tel pour commencer à délier les langues.
Repas très convivial, on se passe les plats, on se ressert avec en musique de fond, anecdotes motardes mais pas seulement.
Nos remerciements à la cheftaine, le repas était excellent, mention spéciale au poisson.
 
C'est la panse bien remplie que nous remontons sur nos machines, pour un trajet retour à l'image de l'aller. Au hasard du chemin, nous pourrons saluer de très près (surtout Hardi au péril de son cale-pied)  une golf bien moins assurée que les mains baladeuses de son conducteur...
 
Retour à la civilisation, on se salue, on se félicite, on se sépare, avec l'envie d'y revenir bientôt.
 
Je tiens à saluer et remercier la Maman d'Hardi, qui suit apparemment nos aventures : eh oui sans vous rien de tout cela n'aurait été possible, ce qui aurait été dommage!
 
Alors les futurs bleus et les autres....la prochaine fois vous en serez?

PhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotos




Informations légales- Liens - RSS
© 2008 Limeo Interactive, Tous droits réservés. Valide xHTML et CSS