Giovanetti 2011 - 17/04/2011
Retour aux Reportages

Bonjour
Je laisse Coralie vous conter la journée puis je reprendrais la plume en fin de ses impressions...Hardi
                            

Bonjour à toutes et à tous,

Comme le veut la tradition, moi la novice, je vous fais part de mes impressions et du déroulement de la journée. Lorsque l’on m’a proposé de participer à cette sortie avec vous, j’ai tout de suite accepté, poussée par l’envie de découvrir de nouveaux horizons. Je dois vous avouer que je ne suis pas motarde dans l’âme mais l’accueil que l’on m’a réservé n’en était pas moins chaleureux.

10h30 : rendez-vous à la station service de Kourou, il fait déjà une chaleur étouffante. Motos et motards, venus de Cayenne et de Kourou, sont  à l’ombre et  font le plein d’essence, de rafraîchissements, de clopes, en attendant les éventuels arrivants. Plus personne ne semble venir, nous voilà tous partis direction la crique Morpio. Un certain nombre de motards se révélant au passage être des motardes…

Un embouteillage se crée au départ par l’impressionnant défilé de motos.

Premier rond point, premier virage et nous voilà sortis de Kourou. La vitesse s’amplifie, mon corps s’élance avec l’accélération, les pulsations de mon cœur s’intensifient. Je ressens alors une sensation inhabituelle : mélange de peur et d’excitation. Puis je m’y habitue et je peux profiter du décor.

Une ambiance conviviale et respectueuse règne sur la route entre les motards qui se suivent. Hommes, femmes et enfants  sortent sur le bas-côté pour regarder ou  prendre des photos et filmer : « de VRAIES STARS ces motards »  !!!! Lors du passage du « cortège » dans Sinnamary, la ville s’arrête quelques instants pour regarder ce défilé.   Petite frayeur d’ailleurs pour quelques passagèr(e)s à la sortie du pont de Sinnamary : bosse+vitesse= décollage garanti !!

Un arrêt chasse poussière raté à Sinnamary mais un autre concluant à Iracoubo et nous voilà repartis pour quelques kilomètres.

12h30 : arrivée à la crique, la chaleur est de plus en plus forte ou du moins se ressent plus que sur la route. Ce lieu, qui est visible de la route peut accueillir toute la tribu de motards. Une 50taine de motos s’aligne sur le parking entremêlant  différents styles (du custom à la sportive).

Les Saint Laurentais sont déjà là et sont venus en famille.

Chacun s’installe à se convenance pour partager apéro, barbecue et convivialité et Hardi fait le tour des popotes. 

Un dimanche comme il se doit où sieste et farniente sont de rigueur. Quelques-uns se risquent à se baigner dans la crique fraîche mais infestée de moustiques ou jouent de nombreux enfants qui ont l’air de ne pas les craindre.

Vers 16 h nous repartons vers Kourou puis c’est la séparation pour ceux qui repartent à Cayenne.

            Merci à toutes et à tous de votre accueil et de votre convivialité. Merci au conducteur de la moto qui m’a baladée ce dimanche.

Je serais ravie de partager de nouveau une sortie avec vous.

Et vous ? La prochaine fois vous en serez ?

Coralie                                                                                                                                                                                          


Bien, je reprends donc pour vous signaler que vous allez voir une image choquante, celle d'une moto qui brule car son propriétaire y a mis le feu. Pour une soi-disant histoire de souvenirs liés à cette moto si peu utilisée   dans un histoire que lui a cru d'amour et qui fut si brève. Je ne lui jetterai pas de cailloux pour son malheur amoureux  mais pour avoir brulé une moto , je  lui en jetterais des tonnes tant Il est  indigne de porter le nom de motard. Maintenant il n'est plus rien pour moi, et pour vous j'ose l'espérer.

Par ailleurs La  Giovanetti est terminé.  Christian nous a quitté cette fois ci définitivement et la page est tournée. L'an prochain ce sera une fête de la moto pour l'ensemble des gens ayant envie de rouler et d'aller manger un sandwitch avec les autres et ce,  quelle que soit la machine ou l'appartenance. J'espère que cela vous verra revenir  dans ce lieu à nos cotés car sans vous je ne suis rien... Oui je sais Marc,  tu vas  encore me répondre que sans moi on ne fait rien ,  mais mon plaisir à moi est de rouler  en groupe ou non, par affinités ou non et d'être convivial à l'étape. (Hé  le  Furdego... j'ai dit convivial,  pas grossier)

PhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotos




Informations légales- Liens - RSS
© 2008 Limeo Interactive, Tous droits réservés. Valide xHTML et CSS