Balade table d'hôte - 21/07/2013
Retour aux Reportages

Amis motards bonjour
Pour Véro et moi, c’est notre première sortie moto en Guyane. C’est grâce à Charly que nous avons eu vent du STARSCLUB.
Rendez-vous à la station total de Pariacabo départ prévu 9H30. Le soleil brille, les oiseaux gazouillent, les éléphants sautillent de branches en branches.
Ah ??? Y a pas d’éléphants en Guyane ? Pourtant on m’a parlé d’éléphants roses, qui, parfois, hantent les bois autour de soirées carbet…...
30 motos, 21 personnes.
Ça ne vous choque pas ?
Ah non ? Ah si ! Mince ! Nous nous sommes trompés dans les notes, ça doit être le contraire.
Gilles hardiment ( ?!) lève le bras pour donner le départ. Un bruit commun de contacteurs de démarreurs puis variation de sons en tous genres.
La station essence entre en vibrations. CLaa-aaaacc…… première (normalement en bas) on embraye, c’est ainsi que nous quittons « harmonieusement » la station avec coups de klaxons, ronflements moteurs et moto fermant la route pour assurer la sécurité au cas où on nous aurait pas bien vus.

Nous sommes maintenant sur la N1 direction SINNAMARY.
Ouf ça fait du bien de rouler ! Des petits groupes se forment et nous roulons tranquillement jusqu’à l’intersection N1 / route de Petit Saut. Un p’tit arrêt pour rassembler la horde sympa et nous empruntons cette route interdite à tout véhicule avec beaucoup de plaisir.
Ha, ces motards , tous des voyous !!!
Dans un premier temps le revêtement est un peu « rapiécé » puis devient plus agréable avec de belles courbes que chaque pilote négocie avec talent………………… mais chacun possède un talent propre hein… On arrive à Petit Saut, un p’tit coup d’œil sur le barrage vu d’en bas puis, direction le lac de retenue, première étape de notre sortie.
Chacun prend soin de bien garer sa machine car la pente de la route est importante en ce lieu. Aucune bécane n’aura donc la liberté de descendre toute seule se baigner.
Les fumeurs dégainent leurs cigarettes et un fumeur du dimanche sort tranquillement un p’tit cigare. Nous contemplons la beauté du paysage, ou plutôt bien qu’entouré de collines, la « plainitude » du coin pourrait-on dire.
Hardi nous fait une description du site, et sur indication de Chloune, il nous indique la présence d’une tyrolienne ……….. que nous cherchons encore !
Le « bar » est en travaux mais cela ne nous empêchera pas de prendre un rafraichissement.
Le moment est venu de partir direction SINNAMARY seconde et dernière étape de cette escapade.
Pour continuer dans le domaine du rafraichissement nous « prenons » la pluie et chacun ressort alors son talent (propre ou moins…) pour prendre les courbes avec beaucoup de précautions.
Nous emboitons de nouveau la N1 pour la quitter un peu avant SINNAMARY et rejoindre, via une petite route, notre table d’hôte « Le Domaine de Combi ».
Et là ………. Gilles (Hardi) ayant dépassé le chemin d’accès freine et le groupe s’arrête derrière. S’arrête, s’arrête… c’est vite dit et vite caduque car l’un d’entre nous qui regardait soit les graviers, soit les papillons, soit ses pensées ….fait fumer les pneus et …. B O U M, P A T A T R A S, il pousse comme en mêlée et c’est la chute pour, Gilles, Agathe, Zaza et Charly. Heureusement sans trop de gravité.
La gagnante est Zaza qui nous offre le plus beau spectacle :
- une belle pirouette vers un fossé
- retournement puis encastrement de la machine dans le dit fossé
- arrêt de la machine, guidon et compteurs dans la gadoue
- air hébété de la Babeth (Zaza) à quatre pattes, partie charnue en l’air, nez , coudes et poitrine dans la terre mais le tout avec maestria et un grand et éclatant sourire ……
Cela lui permet de tester le confort et la protection (et aussi un premier lavage) de son tout nouvel équipement.
Charly a le genou gauche bien pelé, son Jean tout neuf déchiré, la platine repose pied gauche ayant fait valser la Zaza est cassée. Mais du coup les filles et la patronne seront à ses petits soins.
Hardi en est pour une sacoche dont le cuir et les coutures ont explosé car dans leur combat, le genou du Charly était le plus costaud …. normal quand on regarde le bougre qui est au-dessus.
Etonnamment , sur le ton de la plaisanterie et de la bonne humeur, après état des lieux et relevages divers, nos quatre acteurs et le reste de la bande redémarrent.
Direction la table d’hôte située à deux pas. Cela les a à peine perturbés puisque personne n’en a réellement souffert.
L’endroit est très calme. Le Domaine de Combi est en fait une ferme jouxtée d’une auberge. Salle de restauration climatisée, intérieur bois superbement agencé, c’est beau. D’autant que l’accueil est chaleureux et que la propriétaire des lieux et son cuisinier de mari semblent connaître une bonne partie d’entre nous…Trois petits bungalows disposés à proximité forment les chambres d’hôte.
C’est «journée portes ouvertes» pour que nous les visitions, et j’avoue que c’est joliment décoré et accueillant.
Bref passons aux choses sérieuses : l’Apéro, les rillons de canard et les cacahuètes.
Bavardages enflammées ou calmes, passionnés ou réalistes nous permettent de faire plus ample connaissance du groupe, franchement sympa.
S’en suit le repas où tous les ingrédients (sauf les cornichons) (mais même le saucisson) sont faits maison, et où la cuisine est faite essentiellement avec les produits de la ferme pendant que Gilles chauffe la salle avec quelques « histoires drôles»
- Charcuterie maison en entrée (c’est une sympathique surprise non prévue que nous font nos hôtes par plaisir de recevoir)
- Cassoulet charnu et goûteux à profusion,
- Tarte aux pommes, tout est bon et pour certains, trop bon, car les resucées sont nombreuses et à la fin du repas certaines peaux de tambour bien tendues….
Boissons, Café, micro sieste pour certains.
Le moment est venu de quitter ce lieu car nos machines nous attendent désormais avec beaucoup d’impatience.
On rejoint la N1, direction KOUROU.
Et Là quelques-uns mettent subitement Gazzzzzzzzzzzzzzz . A l’insu de mon plein gré, je suis le mouvement, mais mon équipière fait alors office de frein à moteur, je retombe alors à une vitesse un peu plus raisonnable……………….
Le peloton de tête s’est arrêté. Nous faisons de même et c’est avec la mine d’enfants réjouis que nous attendons les retardataires, qui, nez au vent, pilotant des enclumes ou des plumes, n’ont pas suivi le rythme…
Les voilà, ils arrivent et nous leurs emboitons le pas. Maintenant nous rentrons sagement à Kourou. Nous y sommes, nouveau et dernier rassemblement à la station de départ.
Les meilleurs moments ont une fin. Heureusement d’autres projets sont déjà dans l’air. Ce n’est donc qu’un au revoir, c’est sûr.
Merci à tous pour cette sympathique journée
Véronique et Patric (sans K)

PhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotos




Informations légales- Liens - RSS
© 2008 Limeo Interactive, Tous droits réservés. Valide xHTML et CSS