Paramaribo Surinam - 23/11/2013
Retour aux Reportages

Bonjour à toutes et tous C'est Cyrille qui s'y colle volontairement... et suivent les photos que je n'ai pas triées... vous y verrez des voitures et des motos, une wild bien boueuse, des bikers et des biqueuses, des bras rallongés et des HD et puis Cherry...

SURINAM DU 23 AU 26 11 2013,


Bonjour à tous, cette fois c'est moi qui m'y colle ; j'étais partant dès que Gilles a annoncé cette sortie, impatient comme un gamin avant Noël.

         Comme pour tout voyage, je me devais de préparer la moto : Une semaine avant, j'achetai mon pneu arrière ; la voiture en panne, j'attachai le pneu sur la moto, encore un manouche en ville.

         Le lundi avant de partir, avec un collègue, on change le pneu et là les ennuis commencent : la béquille arrière lâche et « vlan » la moto par terre. Résultat le rétro droit cassé et le frein arrière tordu, feu arrière cassé. Un peu de colle sur le feu, un démontage rapide de la pédale de frein et encore un peu de colle, non pour la ferraille ça s'appelle de la soudure et un rétro gentiment donné par Christophe ( ??)  le mécano de Ducati. Le départ s'annonce bien et non ce n'est pas fini : le lendemain matin plus de batterie, échange fait dans la foulée et là, c'est magique la moto démarre toute seule alors que la clé est dans ma poche : relais de démarrage collé fermé. On dirait que la moto ne veut pas aller au Surinam. Avec l'aide de Cédric, le relais est vite changé : la moto démarre normalement, je croise les doigts pour ne plus avoir de problèmes. Pleins, niveaux, pressions et me voilà enfin prêt à partir.

 

         Enfin, la journée du départ, le samedi 23 novembre 2013, sans autres problèmes mécaniques, je rejoins la station Vito de Balata ou Cédric et Cathy sont déjà arrivés suivi de peu de Christophe et Jean Paul.

         Là une « vieille peau » commence à reculer avec sa voiture sans faire attention à Cédric et sa moto : s'en suit une petite altercation sans gravité menée de main de maître par Christophe.

         Les autres nous ayant rejoint, à 9h30 nous prenons la route vers Kourou ou nous retrouvons le reste de l'équipe.

         Pleins faits nous partons tous enfin ! Nous roulons sans encombre jusqu'à Iracoubo, première pause, notre grand maître Gilles me demande de passer derrière Titi, meneur du convoi, pour que je puisse suivre sans trop de problème, en effet ayant le coefficient de pénétration dans l'air d'un pavé et un léger surpoids, mon pauvre 600 xt a du mal à suivre le rythme infernal imposé par les motos de tête (110 / 120 km/h).

         En deuxième position, couché sur la moto je suis le train, c'est bien je retrouve mon enfance ou je faisais des courses de mobylettes.

         Nous poursuivons notre route jusqu'à Saint Laurent où deux autres motos nous rejoignent.

Nous nous arrêtons pour manger à la Charbonnière en attendant l'heure du bac.

         Notre restaurateur, un peu dépassé par le nombre soudain de clients, sans panique à la méthode guyanaise, oublie de servir une table où Olivia, Titi, Christophe, et Jean Paul salivent en regardant les autres mangers. Ils restaureront très rapidement juste avant de partir en douane.

         Les formalités douanières effectuées, les 16 motos et leurs équipages embarquent sur le bac, aussitôt sermonnés par le commandant de bord suite à une incompréhension entre les diverses parties, nous sommes montés trop tôt sur le bac. Nous larguons les amarres tout de même. Après une traversée sans tempête, malgré un « racket » du commandant de bord, nous débarquons en terre conquise.

         Là, les formalités douanières sont beaucoup plus complètes et strictes que du côté français : assurances, cartes grises, passeports etc. .

         Nous reprenons enfin la route vers Paramaribo, capitale du Surinam, mais en roulant à gauche. Ça change tout, heureusement nous roulons en groupe.

         Deux incidents viendront émailler le trajet tranquille : la chute de mon sac mal arrimé à la moto sur la piste en latérite, heureusement personne n'est tombée et l’arrêt en catastrophe de Titi qui a perdu une lentille, panne vite réparée par son propriétaire. Nous roulons sans autre encombre jusqu'à Paramaribo sous la pluie.

         Avant la capitale, nous nous arrêtons pour changer nos euros en dollars surinamais et faire un brin de toilette à nos montures qui ont pris des couleurs. Le coiffeur en face de la banque, s'est chargé du travail ou du moins a chargé ces jeunes de déplacer la saleté.

         Nous passons le pont à l'entrée de Paramaribo en file indienne et nous rentrons dans la ville pour arriver à l’hôtel réservé par nos GO Christophe, Hervé, et Gilles.

         Après attribution des chambres et des colocataires, nous prenons une bonne douche bien méritée avant de se retrouver pour manger.

         Les taxis nous attendent déjà, pour nous faire faire une course infernale dans la ville, les courses poursuites de « 60 secondes chronos » sont du pipeau à côté. A huit entassés dans le taxi sans amortisseurs arrières, la partie de fou-rire fût mémorable. Après avoir traversé dans tous les sens la ville, nous arrivons au restaurant javanais le Mirosso ou nous avons été très bien accueillis et là nous avons dégustés de savoureux plats légèrement épicés.

         En fin de repas décontractés et joyeux, nous retrouvons nos bus attitrés, pour un « Speed 3 » le retour, assez mouvementé.

         Quelques frayeurs plus tard, nous nous couchons fatigués et heureux après cette longue journée bien remplie.

 

         Après une courte nuit réparatrice, le réveil nous fait sursauter Jean Paul et moi. Nous descendons sous le carbet pour nous régaler d'un petit déjeuner anglo-saxon.

Ensuite un petit plongeon (grosses bombes ;-) dans la piscine de l’hôtel et à 10h rassemblement aux motos.

         Pleins et départ pour une nouvelle journée : direction la piste de drag-race Suriname Motorsport Park à une trentaine de kilomètres en sortie de ville. Sur une piste en terre, nous découvrons une piste de Drag homologuée alors qu'en métropole les courses se font sur des pistes aériennes désaffectées ; nous n'avons pas les mêmes valeurs ;-).

         Là-bas, nous rencontrons des figures connues de la moto guyanaise : Laura et Gérard de GL Moto qui participent aux courses. Ils s’inquiètent tous les deux puisqu'ils sont en demi-finale et ne savent pas s'ils vont tomber l'un contre l'autre.

         Toute l'équipe se disperse dans les paddocks, chacun furetant,  à droite, à gauche, achetant tee-shirts, boissons, et surtout mitraillant de tous les côtés .

         Vers 13H30 nous partons au restaurant chez Gran Mama pour un repas bien arrosé.

Par la pluie bien sur à quoi vous pensez donc, nous sommes des gens sérieux voyons ;-).

Encore un bon repas, une livraison express de bière (une par personne bien sur), une bonne partie de rigolade, et de la pluie.

         Après le repas, départ vers la New Amsterdam pour un intermède historique ou nous avons perdu quelques camarades partis faire des achats ou tout simplement qui ne voulaient pas se mouiller ; oh la méchante langue ;-).

         A New Amsterdam, petite balade pédestre dans un très joli décor, agrémentée de découverte historique orchestré par Christian.

         Là des blagues et des histoires ont commencé  à fuser.

         Retour sur l’hôtel, douche et rassemblement pour partir au grill l'Amsterdam, pur hasard de calendrier.

         Comme d'habitude, les serveuses, certes mignonnes, sont encore dépassées par le nombre soudain de clients : Cédric et Philippe ont eu leur repas alors que les autres se faisaient débarrassés, par contre d'autres recommandaient un plat car les 3 petits steaks du plat précédent étaient un peu juste, mais j'en fais partie, c'est pas bien la gourmandises.

         Les blagues et les histoires ont continué de plus belle: « TartttTatiiiiiinnnnnnn !!!!!!!!!! »

         A l'issue, nous sommes partis prendre le « dijo » dans le bar voisin, ou la serveuse, pas mignonne du tout, n'a pas tout compris non plus et raté un cocktail qui lui sera prélevé sur son salaire.

         L'heure des braves ayant sonné tout le monde est parti se coucher.

 

         Le réveil nous fait encore sursauter. Et comme la veille, petit « dej », piscine et à 10 heures : rassemblement, pleins et départ pour une balade shopping.

         A midi, Christophe nous emmène dans un « Mac Do » local, le Drive Thru où nous prenons un curry au poulet avec une galette bien nourrissante. Là, les serveuses ont assurées.

         Retour à l’hôtel, pour une pause revigorante, Jean Paul est reparti à la piscine pendant que moi je faisais une petite sieste. A l’accoutumée, dès que nous rentrons , nous mettons notre linge sur le balcon pour l'aérer, c'est comme ça, les vieux couples;-). Manque de chance, il s'est mis à pleuvoir et le temps que je réagisse, jeans et tee-shirts se retrouvent encore mouillés. Nous ferons donc la sortie du soir avec les « BBBoys » : Bads Bikers Boys trempés comme depuis notre arrivée.

         Rassemblement à 17h30 pour se retrouver à la station-service à côté de l'hôtel où le club local nous a donné rendez-vous.

         Nous sommes 16 motos ; eux, ils arrivent à 76 motos de toutes marques et de tous styles: Italiennes, Asiatiques, Américaines et Allemandes :

         Des motos de ville, de course : des motos qui ont couru au drag-race avec bras oscillant rallongés roulent sur routes ouvertes sans problèmes, et des motos de collection plus neuves que neuves, 6 Zundapp de trente ans d’âge sont également présentes. Toutes les machines présentes, sont dans un état remarquable.

         Malgré la barrière de la langue, les conversations s'engagent : Charlie discute avec un collègue surinamais sur l'état de ces chromes sur sa moto. Son interlocuteur, parlant très bien français, lui répond : il faut moins t'occuper de ta femme et plus frotter tes chromes. Quelle claque !!!

         Les groupes se forment et se défont au grès de chacun. La bonne ambiance est de mise. Le but de notre sortie est là : Défiler avec nos camarades du Surinam.

         L'heure de départ est fixée à 19 h 30, nous nous impatientons dans le calme et le sourire et toujours en blaguant.

         Le départ est enfin donné, nous nous intercalons dans le convoi. Et là, la bonne organisation commence à vaciller : Ça roule d'enfer entre les voitures à gauche puisque nous sommes dans un pays anglo-saxon et sous une fine bruine. L'équipe de sécurité fait serrer les voitures sur le côté jusqu'à l'arrêt. Notre groupe est divisé, certains sont obligés de s’arrêter pour attendre les serres-files. C'est un peu la panique. Nous roulons jusqu'au lieu où nous devons récupérer une autorité pour la ramener dans le convoi moto à Paramaribo.

         Après un moment d'attente sur le bord de la route, le convoi repart pour arriver sur l'esplanade de défilé. Les organisateurs nous font ranger par 3 de front et puis plus rien, plus d'info. Pendant au moins une heure, nous attendons à côté des motos. Je ne porte pas de montre, donc je ne sais pas combien de temps exactement nous avons attendu.

         Puis on nous a fait dire que les BBBoys, nous emmenaient manger, nous revoilà sur la route pour une visite nocturne de la campagne surinamaise. Échec encore.

         Nous rentrons à l'hôtel, un peu blasé et déçu, pour ressortir immédiatement manger où la serveuse se trompe encore, mais nous voulons manger et aller dormir ; demain nous reprenons la route pour rentrer ; les vacances sont déjà finies.

 

         Encore une fois, le réveil nous fait sursauter, il faudrait que je pense à changer cette satanée sonnerie. P'tit-déj. et dernier rassemblement avant les pleins dans notre station favorite : en fait elle est juste à côté de l'hôtel.

         Nous reprenons la route pour nous arrêter 20 minutes plus tard pour enfiler les tenues de pluie. Nous roulons sans encombre jusqu'à Albina après un arrêt « pipi » et une petite pointe des routières.

         Hélas en allant faire le plein avant de prendre le bac, Pierre et Hélène chutent à l’arrêt dans un trou entraînant avec eux Patrick et Véronique. Plus de peur que de mal, Véronique revient avec un beau bleu sur la jambe et Patrick casse son rétroviseur.

         Après cette frayeur, nous exécutons les formalités douanières beaucoup plus simples

dans ce sens-là.

         Nous attendons l'heure du bac et apprenons que nos compatriotes Gérard et Laura ont bien terminés leurs courses : Gérard a terminé premier en catégorie Open et 1000 cc suivi de Laura en deuxième position en catégorie 1000 cc et troisième en Open.

         On charge à toc le bac et nous voilà en Guyane. C'est bizarre, il faut rouler à droite.

         Dans les virages après St Laurent, gros moment de panique pour moi, je n'arrive plus à prendre les virages à gauche, je ralentis pour les prendre à un rythme de patinette. Gilles m'escorte jusqu'à la pause à Iracoubo.

         Certains nous quittent déjà, confiance reprise, nous repartons vers Kourou où le groupe se divise encore.

         Nous continuons sur Cayenne, où nous nous séparons définitivement, la sortie est bien terminée.

         Pour ma quatrième sortie avec le StarsClub, ce fut une superbe sortie : 1100 kilomètres parcourus et 50 litres de carburant, sans incident grave, une organisation sans faille de nos Go attitrés. Je ne regrette pas du tout cette sortie avec une ambiance à tout casser et une très bonne équipe. Merci à tous pour ces trois jours supers.

 

Cyrille

PhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotos




Informations légales- Liens - RSS
© 2008 Limeo Interactive, Tous droits réservés. Valide xHTML et CSS