A l'EMPIRE , le Soleil se lève - 16/12/2018
Retour aux Reportages

Nous devions aller à Sinnamary chez Cugini..... Mais 

mais le pôôôvv  Gégé devait se faire opérer des guibolles en métropole  et comme pour mieux nous faire la cuisine dans l'avenir il faut qu'il tienne debout on ne lui en a pas voulu... et on lui souhaite bon rétablissement 
Aussi pour compenser nous sommes aller à REGINA , à l' Empire  pour faire du kilomètre et aussi pour bien manger à l'étape

Mais je laisse le soin au passager de la pluie .... non, ça c'est un film, 
donc au passager du soleil..... et quel soleil .....flamboyante 
Bref c'est l'histoire d'un gars... de passage en Guyane, passager de motarde puis de motard qui est chargé de nous raconter..... sa balade avec nous

Ma sortie moto à Régina du 16 Décembre 2018.

Ils partirent, 17 conquérants en 14 équipages pour vaincre les lacets tortueux de la route qui les a menés à Régina en ce dimanche 16 Décembre.

Le temps était clément et chaud ,  sauf pour les Kourouciens qui ont eu de la pluie de Kourou à Macouria  à l'aller.


Au point de rendez vous  cayennais le matin, tous les acteurs étaient prêts à en découdre et prendre beaucoup de plaisir sur cette route qu’ils connaissent bien, mais qui est très exigeante du point de vue du pilotage.
Après les appoints de toutes sortes réalisés, carburant, air, pour les machines, café pour les motardes et motards ils partirent, impatient d’en découdre, dans le rugissement assourdissant de leurs machines.
Après quelques kilomètres, chacun a trouvé sa place au sein de ce cortège magnifique de motos rutilantes, brillantes de tous leurs chromes, passant sur les route de Guyane telle une comète dans un ciel d’une nuit d’été.

Une première pause au Carrefour de la route de Cacao, permet au groupe de se re-solidariser et de permettre aux pilotes de souffler un peu.
Les paysages sont magnifiques dès la sortie de Matoury.
La végétation est là bien présente tout au bord de la route. On sent la chaleur et l’air humide qui remonte du bitume parfois, et d’autres fois des odeurs et des parfums de terre humide et de végétaux mêlés sans pouvoir en définir l’origine.
Nous n’arrêtons pas de monter, descendre, virer, rétrograder à l’approche d’un virage assez sec, freiner, négocier la courbe comme il se doit et remettre les gaz en sortie de virage pour aller chercher le suivant et ainsi de suite jusqu’à l’arrivée à notre point de destination.
Au sommet d’un mont nous apercevons au loin quelques autres sommets recouverts d’un manteau végétal. Malgré la distance qui nous sépare on devine la majestuosité de certaines essences qui se détachent sur l’horizon et l’on reste encore quelques dixièmes de secondes les yeux rivés sur cette beauté qui nous entoure afin d’en profiter avant de revenir rapidement à notre affaire.
Ce faisant, aux environs de midi et demie, nous arrivons tous ensemble, en file indienne à Régina, sous les yeux curieux de quelques enfants et passants qui se demandaient bien qui venait troubler leur quiétude dominicale, pour ne pas dire quotidienne, tellement ce village est perdu au milieu de nulle par sur les bords de l’Approuague, point de départ des touristes pour l’aventure en pirogue sur le fleuve. 

Nous n’étions pas venus jusque là pour nous laisser divertir par cette éventualité. Peut être une autre fois.

Nous nous restaurons et prenons quelques forces pour le retour dans le seule restaurant existant. Quant aux machines il faudra attendre notre retour à Cayenne afin de satisfaire leurs besoins en carburant.  Pas une station service sur la route....

Heureusement que certains connaissaient l’adresse du restaurant parce que vous pourriez passer à Régina sans même imaginer qu’il y en a un.
Nous croisons dans cette salle, quelques gendarmes en train de déjeuner après leur service ou avant de le prendre, la mine un peu triste d’œuvrer dans cet endroit isolé ou pourtant ils ne doivent pas chômer vu l'orpaillage et le passage clandestin.
Après cette pause déjeuner agréable, en bonne compagnie il est temps de reprendre la route du retour vers Cayenne.
Le groupe repart ensemble et se scinde rapidement en plusieurs petits groupes en fonction des différences de niveaux d’expériences et de fatigues de chacun. 
La route  reste difficile et exigeante et demande à rester concentrer jusqu’au bout.
Les kilomètres défilent et une ultime pause au Carrefour de la route de Cacao nous permet de souffler une dernière fois et de nous saluer avant que chacun rentre chez soi, toujours en petits groupes, chacun veillant les uns sur les autres.
Une très belle journée s’achève sans que nous ayons eu à déplorer la moindre averse de pluie et sans le moindre incident technique.
De passage en Guyane pour les fêtes de fin d’année j’ai apprécié à sa juste valeur cette sortie moto qui m’a permis de découvrir un peu plus ce superbe département Français et de confirmer l’existence de l’esprit de groupe et de solidarité chez les motards.
Merci à tous pour votre accueil.
A quand la prochaine sortie? 
Et vous, vous y serez? 😀😉
Pascal.


PhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotosPhotos




Informations légales- Liens - RSS
© 2008 Limeo Interactive, Tous droits réservés. Valide xHTML et CSS